Le pardon de Saint-Urlo est un pardon qui se déroule à la chapelle Saint-Urlo (commune de Lanvénégen en Bretagne), le dernier dimanche de juillet.
Un incident significatif de l’état d’esprit de la population paysanne pendant la Révolte des Bonnets Rouges se produit au cours du pardon de Saint-Urlo. Il est connu par la liste des personnes exclues de l’amnistie royale, liste publiée en février 16761 qui comprend pour Lanvénégen le nom d’Allain Maillard, et par un « Mémoire ecclésiastique au sujet d’actes séditieux imputés à Allain Maillard, prêtre de Lanvénégen », conservé aux archives départementales du Finistère (série B, cour de Carhaix). Ce prêtre fut acquitté par la cour royale de Quimperlé, puis, à la requête du procureur du roi, rejugé au Parlement de Bretagne, alors exilé à Vannes, qui le condamna aux galères. Réunis à l’occasion de la fête religieuse, les habitants sont interpellés par Allain Maillard qui brandit un papier dont il crie à qui veut l’entendre qu’il est tombé de la poche d’un sergent (dans le sens d’huissier), présent dans la foule et que ce document est la gabelle que le pouvoir royal veut imposer en Bretagne; les paysans se précipitent alors sur le sergent qui est roué de coups.

source : wikipédia

La célébration 2009